EPTB Saône Doubs
Accueil > Bassin versant de la Saône > Un territoire diversifié

Un territoire diversifié

Cinq territoires ont pu être identifiés sur le bassin versant de la Saône :

La Saône amont

Saône amontSitué à l’amont de la Tille et de l’Ognon, ce territoire constitue la tête du bassin de la Saône.

D’Ouest en Est se succèdent les Vosges saônoises, le plateau de Langres et la Côte de l’Auxois, qui se prolongent au Sud par une zone de piémont puis de larges vallées alluviales.

Les substrats très différents donnent une grande diversité de paysages, caractérisée par une ressource en eau abondante et des milieux aquatiques diversifiés présentant une richesse écologique indéniable : forêts alluviales du val de Saône, plateau des Mille-étangs, résurgences karstique, etc...

Sa surface totale est de 10 100 km². Le linéaire de cours d’eau y est de 5 200 km et l’altitude varie de 1 216 m au Ballon de Servance, à 178 m dans la zone de confluence Saône-Tille.

Les bassins viticoles de Bourgogne et du Beaujolais

Bassins viticolesSitué en rive droite, ce territoire s’étend de Dijon à Lyon. Il n’a d’unité que par l’accident géologique majeur qui le modèle du Nord au Sud.

La géologie et le climat sont variés. Les coteaux et les micro-climats associés ont favorisé la culture de la vigne. Le linéaire des nombreux cours d’eau y est de 900 km.

Ce territoire a connu au cours des précédentes décennies une très forte évolution, avec intensification des méthodes culturales, croissance importante des surfaces plantées en vigne, augmentation de l’urbanisation, développement des transports (trafics les plus intenses de France). Aussi sur ce bassin versant de profondeur limitée, l’impact de ces activités devient très fort, et menace fortement la qualité des eaux de nombreuses rivières affluentes.

L’homme a créé des difficultés supplémentaires en construisant en zone sensible et en imperméabilisant les sols de façon importante. L’effet cumulatif de ces multiples agressions sur les petits cours d’eau a, vers l’aval, des conséquences graves sur le milieu.

Le Haut-Doubs et la Haute-Loue

Haut Doubs et haute LoueCe territoire est situé dans le secteur de la source du Doubs et de la Loue. Il s’étend jusqu’à l’amont de Montbéliard sur une surface totale de 3 700 km² avec un linéaire de cours d’eau de 978 km.

Formé essentiellement d’un ensemble de plateaux calcaires étagés, fortement karstifiés, son altitude varie de 1 400 à 300 m.

L’agriculture est essentiellement tournée vers la production laitière et fourragère, la forêt occupant par ailleurs une place importante.

L’importance de la karstification modifie profondément les écoulements, notamment à l’étiage avec de nombreuses pertes et infiltrations et des résurgences importantes (Loue, Lison...). De ce fait, le réseau superficiel se trouve fréquemment à sec en été, avec des conséquences écologiques sérieuses.

Le Doubs aval

Doubs avalCe territoire s’étend du Ballon d’Alsace jusqu’à la confluence du Doubs avec la Saône, sur une surface totale de 3 540 km² pour une longueur de cours d’eau de 756 km. L’altitude varie de 1 248 m au Ballon d’Alsace à 171 m à Verdun sur le Doubs.

Tout en longueur, il est structuré par le Doubs et ses affluents, Allan, Savoureuse et Loue, le long desquels se sont implantées les principales villes de Franche-Comté (Belfort, Montbéliard, Besançon et Dole), avec une activité industrielle très importante.

Le territoire est fortement marqué par des éléments structurants de type linéaire : routes nationales, Autoroute A36, Canal Rhin-Rhône, projet de ligne TGV...

La rive gauche de la Saône entre Doubs et Rhône

Rive gauche de la SaôneSitué au Sud du bassin du Doubs, en rive gauche de la Saône, ce territoire s’étend jusqu’à Lyon. Sa superficie totale est de 4 120 km² et le linéaire de cours d’eau y est de 770 km. L’altitude varie de 580 m sur le massif du Revermont à 162 m au confluent Saône-Rhône.

Ce territoire est composé de deux grandes entités : la Bresse louhannaise (pays de bocage et d’étangs) et la Dombes, ancien marécage transformé par l’homme en un réseau interconnecté d’étangs artificiels devenus au fil des siècles des milieux aquatiques équilibrés remarquables.

Il peut être considéré comme "le berceau des eaux dormantes", ce qui fait de ce territoire un site privilégié pour une flore et une faune riches et particulières, mais très sensibles aux pollutions.

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0