EPTB Saône Doubs
Accueil > Milieux naturels et piscicoles > especes-invasives > Les espèces invasives des milieux aquatiques du bassin versant

Les espèces invasives des milieux aquatiques du bassin versant

Qu’est-ce qu’une espèce "invasive" ?

Sont considérées comme invasives les espèces animales et végétales exotiques introduites dans un milieu dont elles ne sont pas originaires, souvent à des fins ornementales, et qui, lorsqu’elles se disséminent dans la nature, provoquent des perturbations dans les écosystèmes.

A l’opposé, les espèces originaires du milieu considéré sont dites "indigènes".

L’introduction de ces espèces invasives est un phénomène qui existe depuis de nombreux siècles, mais l’intensification des échanges commerciaux intercontinentaux a accélèré l’introduction volontaire ou accidentelle de ces dernières. Les vallées alluviales constituent des voies naturelles favorables à leur extension.

Quelles espèces sont concernées sur le bassin de la Saône ?

Espèces végétales

Espèces animales

Quels sont leurs impacts ?

Les espèces invasives, qu’elles soient animales ou végétales, provoquent d’importantes pressions sur les milieux aquatiques. Elles détruisent les habitats naturels et par là même la biodiversité, et sont également à l’origine de désagréments pour les activités humaines.

Leurs impacts s’observent au niveau environnemental (compétition, prédation, transmission de maladies et modification des habitats naturels), de la santé publique (espèces allergisantes ou porteuses de maladie) et socio-économique (gêne pour de nombreux usages : activités de loisirs, agriculture, navigation, pêche...).

Les espèces invasives constituent la seconde cause de perte de biodiversité en France !

Comment réagir ?

La restauration ou le maintien du bon fonctionnement des milieux aquatiques permet de limiter, voire de prévenir la colonisation par les espèces invasives. Lorsque les espèces sont présentes, leur éradication totale est souvent difficile en raison de leur forte compétitivité et de leurs modes de reproduction très performants.

Alors mieux vaut prévenir que guérir !

Le meilleur moyen de lutter contre les espèces invasives demeure la prévention et la sensibilisation des habitants et riverains. Cette prévention reposera avant tout sur la non introduction de ces espèces dans la nature mais aussi sur l’information des acteurs locaux dès les premiers constats de présence. L’action d’élimination est plus efficace sur des petits foyers d’invasion, lorsque ces espèces ne prolifèrent pas encore.

En savoir plus

SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0